Sections
Accueil UNamur > Agenda > Défense de thèse de doctorat en sciences biologiques
événement

Défense de thèse de doctorat en sciences biologiques

Understanding the link between osmoregulation and immunity in striped catfish Pangasianodon hypophthalmus. Molecular and environmental perspectives

Catégorie : défense de thèse
Date : 12/01/2017 15:00 - 12/01/2017 17:00
Lieu : Amphithéâtre BN01, rempart de la Vierge, 5000 Namur
Orateur(s) : Mélodie SCHMITZ
Organisateur(s) : Patrick KESTEMONT
Jury

Eric MURAILLE (ULB), Peter BOSSIER (UGent), Lluis TORT (Universita de Barcelona), Jessica DOUXFILS (UNamur), Eric DEPIEREUX, président (UNamur), Patrick KESTEMONT, promoteur (UNamur)

Résumé

En 2014, la production de poisson-chat vietnamien atteignait 1.2 million de tonnes, pour une valeur nette d’exportation estimée à 1.77 milliard US$. Le Delta du Mekong, qui produit 77% des exportations aquacoles du pays, est actuellement menacé par l’avancée d’un front d’eau salée provenant de la Mer de Chine et induit par l’augmentation du niveau de la mer et la construction de barrages en amont. Dans les fermes aquacoles de poisson-chat, des salinités dépassant les 10 ppt (un tiers de l’eau de mer) entrainent une diminution de la croissance et une augmentation de la mortalité dans les étangs. Des actions à court terme, telles que la construction de digues ou l’augmentation de l’apport d’eau du fleuve, ont été entreprises mais ne permettront pas d’assurer la protection à long terme des fermes aquacoles face aux changements de salinité. Cette thèse a pour but d’étudier les conséquences d’un stress hyperosmotique chronique sur la physiologie du poisson-chat vietnamien, particulièrement sur le système immunitaire et la résistance aux maladies. Deux campagnes d’échantillonnages ont été réalisées le long du fleuve Mékong durant la saison humide et la saison sèche et ont permis de dresser un premier bilan de l’état du système immunitaire dans les aquacultures de poissons chats. En laboratoire, des poissons-chats ont été soumis à trois profils différents de salinité (eau douce, eau saumâtre, eau salée) durant 20 jours, ensuite contaminés par une souche bactérienne virulente (Edwardsiella ictaluri). Divers paramètres osmorégulateurs et immunitaires ont été étudiés. De plus, une étude protéomique sans technique de marquage a été effectuée dans le rein afin de mettre en évidence de nouvelles voies immunitaires et métaboliques affectées par un stress hyperosmotique. Nos résultats démontrent qu’un stress salin induit une augmentation de la pression osmotique interne chez le poisson-chat vietnamien, associée à une réponse inflammatoire, dont l’intensité varie en fonction de l’intensité du stresseur. Cette réponse inflammatoire interfère avec la réponse immunitaire lorsque l’animal est exposé à une attaque et peut modifier l’interaction hôte-pathogène, au bénéfice de la bactérie lorsque la salinité est supérieure à 10 ppt.

La défense est publique

Télecharger : vCal
Partager :